RETOUR  Espagne au Coeur
Premiers camps de l'exil espagnol
Prats de Mollo 1939
par Jean-Claude Pruja

Premiers camps de l'exil Prats de Mollo« Né en 1942 à Prats de Mollo, à proximité de la frontière franco-espagnole, je suis de culture catalane ; très tôt, j’ai souvent entendu parler de la « Retirada de 1939 » sans imaginer le drame que ce mot évoquait. Adulte, comme j’étais intéressé par l’histoire et la photographie, Jean Alis, un ami pratéen, me confia des négatifs. Ce fut le choc de ma vie : des dizaines de vues me permettaient enfin de mettre des images sur cet événement.

Conscient de l’importance de ces clichés, j’ai présenté un diaporama où j’ai fait la connaissance de Juan Carrasco, un républicain, lieutenant de la « Guardia Civil » qui m’a incité à approfondir cette page d’histoire, d’où l’édition en 1982 d’une plaquette très appréciée. Ensuite, à partir de nouveaux témoignages, d’études d’archives et de documents variés, j’ai réalisé cet ouvrage dont la préface a été écrite par Teresa Rebull militante du POUM durant la guerre d’Espagne.

Je rends hommage aux 500 000 républicains espagnols qui, fuyant les armées factieuses franquistes, arrivent dans les Pyrénées Orientales du 27 janvier, date de la chute de Barcelone, au 13 février 1939. Cette retraite, appelée « Retirada » par les catalans de France et « Exili » par ceux d’Espagne, en a conduit 100 000 dans les camps de Prats-de-Mollo. Je raconte, comment la municipalité et les habitants les ont reçus avec humanité car le gouvernement du « Front Populaire » n’avait pas pris la mesure de l’événement.

Je retrace chronologiquement le cheminement des réfugiés, depuis la mise en place des camps d’accueil, la séparation des familles, jusqu’aux transferts vers les camps de concentration de la côte : Argelès-sur- mer, Saint-Cyprien, le Barcarès. Si pour tous ces hommes, femmes et enfants, les horreurs de la guerre se terminaient avec la Retirada, les tourments de l’Exil allaient bientôt commencer ! Et les vers d’une poésie d’Antonio Machado prenaient alors tout leur sens : « Petit espagnol qui viens au monde, que Dieu te préserve. Une des deux Espagnes saura te glacer le cœur ! »

(Dédicace de l’auteur)

RETOUR Espagne au Coeur  Commander le livre l'Oeil de l'Exil