-
RETOUR Site Espagne au coeur
-
« No pasarán, album - souvenir »
Un film de Henri-François Imbert - France - Octobre 2003 - 70 minutes  - Présenté au festival de Cannes - Quinzaine des Réalisateurs.
album souvenir Henri-François Imbert part de 7 cartes postales trouvées dans la maison de ses grands-parents près de Narbonne sur des réfugiés espagnols républicains entre 1937-1938. Elles montrent des colonnes d'espagnols fuyant le franquisme. A leur arrivée en France, ils étaient désarmés et regroupés en camp... un passé pas très glorieux pour la France avant d'autres camps quelques années plus tard...

Ces cartes sont numérotées et font partie d'une série de 30. Le cinéaste se met à la recherche des cartes manquantes. Il interroge brocanteurs, témoins de l'époque et part sur les lieux des événements. Il rencontre ainsi un ancien réfugié qui garde les cicatrices à jamais refermées de cette époque. Son émotion et sa pudeur lui feront garder le silence, et avoue ne jamais avoir voulu prendre la nationalité française...

Le film n'est pas seulement un documentaire, il ne renvoie pas seulement à ce passé oublié, mais aussi au vécu de l'auteur. Le commentaire de H.F. Imbert à la première personne inclut son histoire et sa famille. On retrouve là le procédé utilisé par H.F. Imbert dans ses précédents films, mener un aller-retour entre un élément extérieur et sa vie personnelle (comme une caméra super 8 trouvé dans une brocante dans "la plage de Belfast"). Le film mélange les séquences d'enquête, les cartes postales ainsi que quelques plans en vidéo tournés au bord d'une plage avec ses vagues ramenant des objets du passé.

Ce documentaire aux couleurs autobiographiques est très bien dosé. Seul le final reste moins convainquant, lorsqu'il fait un raccourci un peu rapide entre les événements de 37-38 et les camps de réfugiés contemporains de Sangatte...
Texte publié dans la revue Zatapathique illustré (juillet 2003)

RETOUR Site Espagne au coeur
-