RETOUR
Les camps de la honte
Septfonds 1939 camp pour républicains espagnols
Entre le 27 janvier et le 12 février 1939, environ 500.000 espagnols, civils et militaires, trouvent refuge en France. 

Dans un premier temps, malgré l'avancée des soldats franquistes, les autorités françaises (gouvernement Daladier) ont refusé l'asile aux soldats républicains valides. 
Contraintes d'ouvrir la frontière le 5 février, les autorités décident d'interner les réfugiés dans des camps improvisés sur les plages clôturées d'Argelès sur Mer, Saint-Cyprien et le Barcarès (Pyrénées-Orientales). En moins de 5 mois, près de 15.000 espagnols meurent dans ces véritables camps de la honte, de dysenterie notamment. Un an plus tard, en avril 1940, on compte encore 6.000 espagnols internés, les autres ayant été "invités" soit à "rentrer en Espagne", soit à s'engager dans la Légion Etrangère soit à rejoindre les Compagnies de travailleurs étrangers (CTE). 
RETOUR
Carte des camps
Ce que furent les camps (article)