RETOUR
Les anarchistes espagnols
Anarchie :
«Conception politique et sociale qui se fonde sur le rejet de toute tutelle gouvernementale, administrative, religieuse et qui privilégie la liberté et la création personnelles». (Larousse). 
Le rouge et le noir sont les couleurs symboliques du mouvement anarchiste.
C.N.T.
Créée en 1910, la CNT (Confederación Nacional del Trabajo) est un syndicat  anarcho-syndicaliste qui compte près de 700.000 membres dès 1919. 
Ses éléments les plus résolus créent la Federación Anarquista Iberica (FAI) en 1927, très active en Catalogne.

Cénétistes : membres de la CNT
cnt 1936
MilicesAffiche : "imitez le héros du peuple !"
Dès le début du soulèvement factieux, des colonnes de miliciens se forment, par affinités politiques ou syndicales, pour défendre la République. 
Parmi elles, la célèbre colonne Durruti, conduite par le légendaire leader anarchiste Buenaventura Durruti qui sera tué en défendant Madrid (21 novembre 1936). 
Malgré leur courage, les milices subissent très durement le choc. La réorganisation des milices en brigades militarisées va susciter de nombreuses résistances chez les militants anarchistes.
Ministres anarchistes 
Le 4 novembre 1936 - Madrid est alors assiégée par les  troupes franquistes - le gouvernement du socialiste Largo Caballero comprend pour la première fois quatre ministres anarchistes de la CNT, dont une femme, Federica Montseny (Santé), Juan Garcia Oliver (Justice), Juan Peyro Beliz (Industrie) et Juan Lopez Sanchez (Commerce).
La décision de participer au gouvernement républicain fut un sujet qui divisa le mouvement anarchiste.
Federica Montseny
Federica Montseny (1905-1994)
Collectivisation
Dans les campagnes, notamment en Aragon, les anarchistes poussent à la collectivisation des terres, des moyens de production et des biens de consommation. Dans certaines communes rurales, l'argent est même aboli.  
"La collectivisation fut une expérience contradictoire, dans laquelle l'adhésion enthousiaste et spontanée des uns a coexisté souvent avec les contraintes subies par les autres." (1)  
Cette expérience sans précédent à une telle échelle a également touché les villes. En Catalogne, les entreprises de plus de cent employés ou celles abandonnées par leur propriétaire sont également collectivisées.  
"Faire la révolution pour gagner la guerre", tel est le mot d'ordre des anarchistes.
A celui-ci, les communistes - encore peu nombreux  - opposent le leur : "Gagner la guerre pour faire la révolution".

Lire un article du Monde Diplomatique
Journées de Barcelone 
(3-8 mai 1937)
"Au tout début du mois de mai 1937, la police du gouvernement catalan, dirigée par un communiste, tente d'occuper le palais de la Compagnie du Téléphone, d'où les anarchistes, qui s'y sont installés en juillet 36, contrôlent l'ensemble des communications. C'est le début d'un affrontement armé qui s'étend rapidement à toute la ville. Un peu partout surgissent des barricades, derrière lesquelles on trouve, d'un côté, les militants du POUM allié aux anarchistes, de l'autre, les communistes du PSUC et les autonomistes catalans. L'effusion de sang prend fin sur l'intervention des ministres anarchistes qui accourent de Madrid, aussitôt suivis par les troupes du gouvernement central, chargées de veiller à la pacification.." (1) 
(1) Gabrièle Ranzato in La Guerre d'Espagne - Casterman
RETOUR - La chanson de Léo Ferré - Vivre l'Utopie (film) - le POUM