RETOUR

Espagne au Cœur

Guerre d'Espagne et Bande Dessinée

Cette page existe grace à l'ami Philippe Guillen, professeur d'Histoire à Valence d'Agen que je remercie très chaleureusement.
 
PhalangesLes Phalanges de l'Ordre noir (Enki Bilal et Pierre Christin) chez Dargaud (1979, mais il y a eu des rééditions et sous d’autres formats). De vieux Brigadistes (Brigades Internationales) règlent leurs comptes avec de vieux fascistes… Mais la vengeance  n’est pas un plat qui se mange froid.

EloyRio Manzanares1936   (du dessinateur espagnol Palacios) aux Humanoïdes associés (1981, 1982). Les grandes batailles, les grands chefs, tout y est ! Mais l’image est un peu saturée par le texte. Pour les connaisseurs !

La Cinquième colonne, tome 11 de la série Louis la Guigne, de Giroud et Dethorey chez Glénat (1995) et dans la même collection, le tome 12 : Les Parias (sorti en 1996 et difficile à trouver). Très documentée, on peut y voir  les barbelés, les baraques, l'hôtel "de las mil y unas noches", le rata. C’est, à notre connaissance la seule BD totalement consacrée aux Espagnols dans les camps de concentration français (le tout en 48 pages).

La mémoire blessée, tome 4 de la série Soledad, de Tito chez Casterman (1998) puis les tomes 3, 4, 5 de la série Max Fridmann - par Giordano chez Glénat (1999, 2002, 2008)

Le Phare de Paco Roca (sorti en 2005) chez le petit éditeur « 6 pieds sous terre ». Histoire ‘un jeune espagnol qui « se réfugie » au bord de la mer.

Quintos d’Andreas et Cochet, chez Dargaud (2006). Belles images, mais un scénario qui manque de force, autour de ces questions : 1/ Mais qu’est-ce qui peut bien pousser des hommes et une femme, d’origines sociales diverses, de nationalités différentes, à s’engager ?… dans les rangs de la République !  Et 2/ Y a-t-il de bonnes et justes causes à défendre ?…jusqu’à en mourir !

Ermo de Bruno Loth . Auto éditeur indépendant , Loth a fait paraître 4 tomes de sa série à ce jour : Le Magicien (tome 1, 2006), Barricades ( tome 2, 2007 ) puis toujours chez le même éditeur : Libre d'images (tome 4). Puis Une nuit en Aragon et Mujeres libres. Tous très intéressants : bon scénario et beaux dessins avec parti pris de couleurs (Rojo y Negro surtout) révélateur des pensées de B. Loth.Et pour finir, il n'est pas pensable de faire l'impasse sur Paracuellos, superbe et irremplaçable BD de Carlos Giménez.
Paracuellos Même si cette BD ne traite pas à proprement parler de la Guerre civile, elle évoque (et comment !) les sinistres conséquences de la victoire de Franco sur le peuple et la jeunesse espagnole. En quelques traits, cases et anecdotes, tout y est dit finalement de la société franquiste mise en place dès après la défaite républicaine. Nul besoin de longues thèses. Quel magnifique et terrible témoignage !  A travers le récit autobiographique d'un petit gamin placé dans un de ces ignobles foyers de l'Assistance publique espagnole , le lecteur baigne dans l'injustice, l'hypocrisie, le malsain et la méchanceté crasse du régime fasciste. Quel sale bouillon, quel bain infâme ! A faire connaître à nos jeunes pour que nul ne veuille un jour vouloir y être retrempé. Un véritable coup de pied dans le cul de ceux qui voudraient se faire les continuateurs du Caudillo. Paru sous forme de feuilleton il y a plus de 20 ans dans le mensuel humoristique Fluide Glacial, les (mes)-aventures du petit Carlos sont enfin republiées cette année en un seul album titrée simplement : Paracuellos (Fluide Glacial éditeur). A lire absolument.
malos

MontserratAutre album, tout aussi incontournable que le précédent. Son auteur a lui-même vécu les évènements, dans ses chairs : il s'agit de l' espagnol Julio Ribera qui vit en France depuis 1955-59. Jeune dessinateur sous Franco, Ribera a préféré fuir la censure et s'installer à Paris. Grand de la BD , il est surtout connu pour être le dessinateur de la série Les vagabonds des Limbes ou de Dracurella (...) Sa série en 3 tomes commence donc par Montserrat - Souvenirs de la Guerre civile (tome 1 qui date de 2004 et publié chez Bamboo, collection Angle de vue) et compte donc deux autres tomes autobiographiques eux aussi. Un tome 2 : Jeunesse bafouée- une dictature au fil des jours (sorti en 2005) sur la période franquiste 1939 à 75, puis un tome 3 : Paris liberté. Le parfum de l'espoir (2006) où il est question de l'arrivée du dessinateur à Paris, en exil choisi.

Mais sur la Guerre à proprement parler, c'est le tome 1 qu'il faut consulter, absolument. Dans Montserrat - souvenirs de..., Julio Ribera (né en 1927) évoque sa propre jeunesse espagnole : papa est soldat républicain et  raconte sa guerre à ses enfants lorsqu'il revient du front. Mais la famille connaît déjà fort bien, et les bombardements et la faim. Les crampes d'estomac, ils en ont même eu au point de sacrifier le petit oiseau de la volière pour en faire un maigre repas. Au point même, que Monserrat -la jeune soeur de Julio- mourra de toutes ces privations. Récit anecdotique donc, mais -Woaw! - quelle force !

L' Ange de la Retirada – un petit livre (13 euros) de Serguei Dounovetz et Paco Roca, chez un petit éditeur "6 Pieds sous Terre" (sept.2010) dans lequel il est question de la fameuse Colonia Espanola de Béziers, mais encore de la Memoria des 2ème et 3ème générations de descendants d'exilés.
----------------------------------------------------------------------
Quant à l'Espagne , elle ne saurait être en reste, là-bas enfin, la production sur ce thème en est à ses débuts… et quels beaux débuts !. Nous citerons donc ces quelques livres, qui ne sont pas encore traduits en français.
malos
36-39 Malos Tiempos (en 4 tomes) du grand Carlos Giménez , chez Editorial Glénat ; début de cette série de quatre tomes, en 2007 (15 euros le numéro).
Gimenez est un Grand de la BD, ça ne fait aucun doute. Mais si le dessin est toujours aussi léché, les scénarii des sketches  (chaque tome étant conçu comme un recueil de petits récits différents) sont par contre très inégaux. A vouloir montrer que la guerre c'est horrible on en amalgame parfois les responsables fascistes du coup d'Etat à ceux qui ne font que défendre la République, légale. Dommage! Mais, à être sérieux, on ne peut pas faire l'impasse : il faut lire ces 4 tomes.

Martillo de Herejes - Juan Gomez et Agustin Alessio , chez Editorial Dolmen (2006).
Dans un petit village, l’histoire d'amour impossible entre un jeune milicien républicain et la fille d'un chef falangiste local.

El Arte de Volar - de Antonio Altarriba et Kim (pour le dessin), chez Ediciones de Ponent (2009)
Cher (34 euros) mais une belle BD bicolore (en gris), dessins précis, scénario bien construit et émouvant, à fin tragique. Un petit reproche= une BD un peu trop "bavarde". Cette parution là a fait date en Espagne et suscité beaucoup d'intérêt; nul doute qu'après ça, les dessinateurs espagnols vont multiplier les titres.

El Buen Hombre chez  Editorial Glénat (2009 ), scénariste Javier Cosnava et oeuvre collective de 10 bons dessinateurs différents. Non précisément sur la Guerra mais sur ses suites...sur Mauthausen et la déportation. Donc, belle préface de Rosa Toran, historienne et Presidente de l'Amical de Mauthausen en Espana.

Nous espérons avoir fait ainsi le tour de la production actuelle des BD "commerciales" et contemporaines sur la Guerre d’Espagne. Mais cette liste serait incomplète si l’on oubliait d’y ajouter aussi les productions de l'époque (dont le Jeu de l'Oie, …). Ces BD là sont un très grand intérêt, et pas seulement documentaire, mais encore artistique.

RETOUR